Conception de nos Jukebox : Menuiserie

Nous nous sommes tous demandés la provenance des produits que nous achetons et …. c’est tout à fait normal.


Qu’en est-il des Jukebox Orphéau ? Made in France ? Made in China ? Qui conçoit, développe, fabrique ? Quelles sont les étapes de production ?





Aujourd'hui le Jukebox Orphéau se fourni à 93% auprès d'entreprises françaises, quasi exclusivement dans ses bassins de production breton et basque. La conception et l'assemblage sont quant à eux 100% français, et réalisés exclusivement dans nos propres ateliers, par nos équipes en périphérie rennaise.


Les grands centres de coûts, et d'étude, sont divisés entre le pôle mécanique, électronique, applicatif, et le pôle menuiserie qui est l'objet de cette chronique.

En toute transparence, nous allons vous présenter la conception de la dernière collection Arche. L'Arche intègre, comme le Jukebox Tournesol et Mimosa, le même système mécanique, qui fera l'objet de sa propre chronique.



Création :


Au commencement, il y eu la création. Pour cette troisième collection, l'Atelier Orphéau souhaitait une ligne chaude et vintage du Jukebox moderne, un meuble invitant à danser, comme ses glorieux ainés mais sans tomber dans un mélo nostalgique ou kitsch.


Ces contraintes créatives pour reprendre les termes de la designer Alexane Berne avec qui a collaboré l'Atelier Orphéau est donc le point de départ à la création. Cette création est forcément attachée à la vision du designer :

L'aspect esthétique d'abord : couleurs, hauteur, arrondis, volumes, vide : ce qui touche à l'émotionnel et apporte le premier niveau de charme du Jukebox. Ensuite la praticité : manipulation simple, entretien, intégration de la machine et enfin la sonorisation, avec une conception du meuble adaptée à une diffusion puissante et de qualité.



À la suite de différentes propositions faites par Alexane Berne, le Jukebox au design en arche a été retenu, et son nom s'est imposé.


Faisabilité technique :


Une fois la validation du design, il faut vérifier la faisabilité technique de l’Arche : sa forme arrondie ? Compliquée, mais réalisable, il faut des moules, ils sont fabriqués. La même pratique s'applique au verre, également cintré pour son plateau supérieur, sans collage, avec moules.


L'’intégration de la machine automate avec la mécanique, le tableur électrique, les nombreux câblages électriques, LED et de sécurité ? Un véritable puzzle de perçages, rainures, compartiments cachés et invisibles pour l'utilisateur, mais néanmoins accessibles pour le technicien chargé du montage à venir.


La sonorisation ? Utilisant les technologies vibratoires Amina, la structure cintrée doit permettre la bonne diffusion des fréquences sonores. pour cela, l'entièreté de l'arche est recouvert d'un seul panneau bois cintré qui diffuse sur tout son ensemble et dans toutes les directions la musique de manière équilibrée. Enfin, un (double) caisson de basse est glissé sous le socle pour envoyer les vibrations des graves directement au sol et sans impacter la structure. Puissance : 4 x 100 Watts, Stéréo multidirectionnelle.


Vont être abordé également le sujet des quincailleries : discrètes et minimalistes, découpe des ouvertures portes dans le verre ou le bois...



Ces étapes font intervenir 2 bureaux d'étude : celui technique de l'Atelier Orphéau et celui de la menuiserie Maison Turrini avec qui nous travaillons depuis 5 ans. En résulte un prototype, la troisième étape.


Prototypage :


L'objectif est purement structurel : vérifier que la bonne implantation théorique est concrète, laques et finitions viendront après. Le prototype est réceptionné dans l'Atelier pour installation d'une machine, comme pour tous les Jukebox.


Le tableur et les câbles vont être disposés, et des corrections de quelques millimètres apportés au positionnement des trous, rainures et fixations. La stabilité du meuble est testée ainsi que son rendu sonore.



Mise en production :


Enfin, il y a la mise en production, avec toutes les finitions et détails apportés à l’Arche, de la menuiserie à la mécanique au rendu sonore pour en faire un véritable Jukebox de collection.



Deux blocs principaux en résulte : la structure extérieure de l'arche composée d'un squelette réceptionnant le cintrage bois, et le caisson intérieur composé d'un assemblage de panneaux .


Séparément, ces deux éléments vont passer en cabine peinture pour les versions laques, garantissant une hégémonie parfaite de la laque sans défauts. Pour les versions bois, le cintrage de l'Arche va être recouvert d'un panneau de plaqué chêne. L'arrondi de l'arrête quant à elle, impossible à réaliser en découpe numérique fera l'objet d'un travail réalisé par des compagnons du devoir, en pure ébénisterie de bois massif.


Tous ces éléments vont ensuite être associés, les quincailleries et visseries appliquées, puis les verres positionnés en menuiserie. Ils sont ensuite livrés nus dans nos ateliers pour le montage de la mécanique et de l'électronique. qui feront l'objet d'une prochaine chronique !



Vous avez toujours des questions sur notre production ? Contactez-nous, visitez notre atelier ou rejoignez-nous sur l'un de nos prochains événements !





89 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout